Myopathie atypique et Grass sickness; Deux maladies équine liées à l'herbe.

En cette pleine saison de printemps, deux pathologies trop bien connues angoissent les propriétaires d'équidés séjournant au pré; La maladie de l'herbe (grass sickness) et la myopathie atypique équine. Dans cet article de blog nous allons faire un compte rendu des deux maladies et voir les récents résultats de la recherche scientifique.

La maladie de l'herbe

La maladie de l'herbe correspond à une atteinte dégénérative du système nerveux autonome (nerfs qui contrôlent les organes vitaux). Elle se traduit par l'apparition de certains symptômes: 

  • Coliques violentes dites "sourdes"c'est à dire avec un arrêt complet du transit
  • Tachycardie (augmentation du rythme cardiaque)
  • Ptose de la paupière 
  • Salivation importante 
  • Inflammation de la sphère ORL
  • Anorexie 
  • Sudation importante 
  • Tremblements musculaires
  • Baisse de forme et dépression

La maladie se déclare au printemps et au début de l'été.

 

Le diagnostic de cette pathologie se fait par l'observation des signes cliniques. Il n'y a aucun examen vétérinaire qui permet d'affirmer la maladie sur l'animal vivant. Cependant, une fois le décès déclaré, une étude microscopique des tissus nécrosés permet de mettre en évidence des lésions caractéristiques sur certains ganglions. 

 

De la même manière, le traitement se fait en soignant les symptômes (collyre, anti-douleur, réhydratation...). Il n'y a aucun remède!

 

Il n'y a pas de remède car on ne sait pas encore quel agent pathogène est impliqué directement dans la maladie de l'herbe. Les soupçons se portent sur le cyanure du trèfle blanc et sur une bactérie de type Clostridium botulinum (bactérie à l'origine du botulisme).

 

On distingue deux formes dans l'apparition de la maladie:

La forme suraiguë se traduit par une apparition très rapide et violente des symptômes. La mort de l'animal intervient dans 100% des cas dans les 48h qui suivent les premiers symptômes.

La forme chronique évolue sur 7 jours. Elle est fatale dans 90% des cas.

 

Myopathie atypique équine

La MAE est une maladie qui se caractérise par une dégénérescence sévère des muscles posturaux, respiratoires et cardiaque. Plusieurs symptômes peuvent être observés: 

  • Urines foncées
  • Muqueuses congestionnées
  • Tachycardie
  • Sudation
  • Tremblements musculaires
  • Difficultés respiratoires
  • Anorexie
  • Hypothermie ou hyperthermie
  • Baisse de forme et dépression 

Les sujets déclarent la maladie au printemps et à l'automne.

 

Depuis très peu de temps l'agent responsable de cette pathologie à été mis en évidence par la recherche scientifique. Il s'agit d'une toxine; l'hypoglycine A qui est présente dans les graines de l'érable sycomore. Une fois ingérée par le cheval, elle provoque de graves désordres biochimiques qui se traduisent par une destruction de certains groupes musculaires entraînant la mort de l'animal dans 85% des cas.

 

Le diagnostic s'établit par l'observation des signes cliniques et il n'y a pas encore de traitement pour lutter contre cette toxine. Le traitement se fait donc, comme  la maladie de l'herbe, en soignant les symptômes.

 


eDans les deux cas une prophylaxie sanitaire peut être mise en place:

 

Si un animal est malade enlever rapidement tous les autres chevaux de la pâture
Réduire le temps des sorties en saisons à risques
Compléter l'alimentation avec du foin toute l'année
Eviter de sortir les chevaux les jours de pluie et de grand vent
Limiter la présence d'érable sycomore dans les prés
Mettre une pierre à sel à disposition des chevaux 
Donner de l'eau de réseau en nettoyant régulièrement les abreuvoirs
Eviter l'accès aux points d'eau naturels

Écrire commentaire

Commentaires: 0